Présentations des ouvrages

Schiaparelli Crater

À l’époque où l’on va sur Mars, Paul ignore presque tout de ses origines. De vagues images émergent de sa mémoire, mais il se demande si elles ne lui ont pas été suggérées. Les gens qui le soignent sont attentionnés et prévenants, pourtant il doute de leurs intentions. Parmi eux, un neurologue, Oscar Frankenberg, nourrit d’obscurs projets pour lui. Et si Paul devenait un des premiers êtres humains augmentés, un surhomme capable de se mesurer aux machines sur leur propre terrain, celui de la puissance de calcul ? Oscar lance un défi : « Paul, un jour, tu gagneras aux échecs contre l’ordinateur le plus puissant du monde ! Et ce ne sera qu’un début !»

Mais il oublie l’essentiel : l’être humain a besoin d’autre chose, de bonheur et d’amour pour vivre. Qui pourra le sauver de la folie du Docteur ? « Paul, vas-tu échapper à ton effroyable destin ? », se demande Véra, durant ses nuits, ponctuées de longues insomnies.

Schiaparelli Crater, 15,6x23,39  655 pages, amazon

Parce que tu t'es enflé d'orgueil
C'est l'histoire , sur quatre générations, d'une famille chrétienne syriaque qui vécut entre Bagdad et Mossoul. Le récit s'étend de 1830 à 1980. Bien qu'inspiré de faits réels, c'est une fiction mettent en scène des personnages en partie inventés. Bercés de leurs illusions, leurs rêves et leurs amours,ils traversent une époque de désordres et de violence. Certains connaîtront des destins tragiques, d'autres des fins moins violentes mais tous auront une vieillesse mélancolique et désabusée. Issus d'un XIXe siècle révolu, ils n'ont pas saisi le sens des transformations profondes qui se déroulaient sous leurs yeux et furent surpris en pleine somnolence par la montée des nationnalismes et des appétits liés à la découverte du pétrole.
Parce que tu t'es enflé d'orgueil, 248 pages, amazon

Ils ont abattu les grands arbres

Résumé des Libraires:

Quand Eva part pour le Rwanda, elle pense laisser derrière elle le mal de vivre qu'elle traîne depuis l'adolescence. La beauté du pays des mille collines et sa rencontre avec les habitants d'un village proche du lac Ruhondo la comblent d'un bonheur simple bien loin de sa vie sentimentale chaotique. Mais bientôt la réalité du génocide rwandais rattrape tous les personnages de cette histoire poignante et ravage leur univers. De retour à Paris, Eva va commettre l'irréparable et son mutisme plongera le lecteur dans une enquête passionnante.

Voir aussi avis Babelio

Ils ont abattu les grands arbres (édités en 2016 par les  Éditions Tensing est désormais réédité en 2019 (suite à la fermeture de Tensing) par Les Lettres Mouchetées, 242 pages.

Le goût âcre de la rhubarbe

 

​Qui pourra sauver cette jeune nonne qui pratique le jogging la nuit dans l’obscurité des bois entourant son monastère ? La Mère Prieure ? Pedro Rappa, le curé des bidonvilles tatoué et chaussé de santiags ? Ou Zermelo l’étrange pensionnaire de l’institut psychiatrique voisin ? Comment le savoir sans connaître la nature des tourments qui la font ainsi courir ? En attendant, le crime s’abat sur le petit monde des naufragés de l’asile, le sang coule. Dans une ambiance où le loufoque le dispute au sordide, un petit groupe de pensionnaires imagine un invraisemblable cyber-hold-up au détriment d’une vénérable institution financière. Au fil de l’enquête, les lignes volent en éclat. Pendant que certains se laissent gentiment porter par leur délire d’autres assistent, hébétés, à la destruction du carcan protecteur de leurs certitudes. Tous seront rattrapés par les fantômes d’un passé oublié et paieront le prix exorbitant d’une liberté retrouvée.

​Le « Goût Âcre de la Rhubarbe » a remporté le prix Scriborom 2015. Le jury a apprécié, en surplus des qualités littéraires du livre, l’originalité de l’intrigue qui porte un regard inusité et contemporain sur le thème si romanesque et fertile de la « littérature de sanatorium » jusqu’ici peu exploité dans le polar.

Le goût âcre de la rhubarbe (2015), roman, 180 pages, Amazon

ME SUIVRE

  • Facebook Social Icon
  • LinkedIn Social Icon

© 2020 par Kurt Jais-Nielsen