Les fonds de tiroirs remplis de projets endormis


En sus de mes trois livres publiés, j'en ai trois achevés et un en devenir sur le disque dur de mon ordinateur. Le premier, le plus confus, je ne sais si j'en ferai quelque chose un jour. Son titre, Babel Bank, est révélateur. À l'époque je pensais qu’on n’exprime correctement que ce qu’on connait. Moi, j’avais fréquenté la finance. Devais-je me cantonner à cela ? développer des intrigues financières ponctuées d'excursions montagnardes ou de traversées océaniques? C’est ce que me dictait le bon sens, sauf qu'en littérature, le bon sens ne s'applique pas. Ecrire c'est s'égarer, c'est explorer d'autres territoires. Première erreur donc. La deuxième fut de vouloir tout dire, tout raconter, il en est résulté un tissu d’intrigues incompatibles qui ne communiquaient plus entre elles. Cet esquisse a subi le sort de la fameuse Tour.

Les deux autres sont plus aboutis, on y trouve de tout, des bitcoins (attention au piège de la finance qui revient), des clins d’œil à mon sport de prédilection, un petit vélo qui n'est pas que dans ma tête. On y rencontre aussi le désespoir, le crime, la vengeance, la difficulté d’être les enfants de ses parents et puis la visite de pays comme l’Argentine, l’Éthiopie. Enfin l'inachevé, celui qui est en cours d'écriture, c'est mon préféré et c'est normal car il n'a pas encore subi l'épreuve du recul, ce terrible moment de vérité quand on se relit après plusieurs années et que le temps a passé. J'espère en reparler, il s'agit d'un thriller psychologique d'anticipation à l'heure des expéditions martiennes dans un monde dirigé par des algorithmes surpuissants.

À l'affiche
Posts récents
Par tags
Nous suivre
  • Facebook Social Icon
  • LinkedIn Social Icon

ME SUIVRE

  • Facebook Social Icon
  • LinkedIn Social Icon

© 2020 par Kurt Jais-Nielsen